13 juin 2018
||||| 0 |||||
775

70ème Anniversaire et Assurance Vie : que faut-il savoir ?

Photo 70 ans

À l’approche des 70 ans, on entend tout et son contraire sur l’assurance vie :

Ce contrat est-il toujours adapté après 70 ans ?

Faut-il continuer à faire des versements ?

Nous décryptons pour vous les éléments principaux :

Le contrat d’assurance vie en tant que placement de capitaux ?

En terme d’épargne, l’assurance vie est un produit plébiscité pour sa souplesse de versements, de rachats mais aussi de diversification.

Il permet effectivement d’épargner de façon sécuritaire grâce aux fonds €uro mais aussi de rechercher la performance des marchés financiers au travers de placements dits en unités de compte1 (les placements en unité de compte présentent souvent un risque de perte en capital).

Avant ou après 70 ans, votre âge n’a pas d’impact sur l’intérêt du contrat d’assurance vie en tant que placement.

Le contrat d’assurance vie en tant qu’outil de transmission ?

 

En terme de transmission, il vous permet de choisir vos bénéficiaires et de réduire leurs droits de succession.

Les sommes versées avant votre 70ème anniversaire donneront droit à un abattement de 152 500 € pour chacun de vos bénéficiaires. Les sommes transmises au-delà de l’abattement seront ensuite imposées forfaitairement.

Les sommes versées après 70 ans* bénéficient d’un abattement global de 30 500 € (tous bénéficiaires et tous contrats confondus). Au-delà de cet abattement, les sommes transmises seront soumises aux droits de succession.

C’est donc dans ce cas que le cap de 70 ans est important !

*(sauf pour les contrats ouverts avant le 20/11/1991)
main euros
main euros
main euros

Doit-on arrêter les versements après 70 ans ?

Non, l’assurance vie garde tous ses atouts en tant que support d’épargne.

En terme de transmission, en plus de l’abattement de 30 500 €, les intérêts générés par vos versements seront exonérés de droits de succession.

Vous avez donc tout intérêt à poursuivre vos versements sur votre contrat d’assurance vie !

icons8-tirelire-64

Notre conseil : 

Avant votre 70ème anniversaire, il est important de faire un bilan de votre patrimoine avec votre conseiller. Ainsi vous pourrez optimiser vos versements et adapter votre clause bénéficiaire.

Après 70 ans, continuez à verser sur votre contrat pour optimiser l’abattement de 30 500 € et exonérer vos intérêts générés.

Pensez également à revoir votre clause bénéficiaire à chaque changement de situation. 

1  Le capital investi sur les supports libellés en unités de compte ne bénéficie d’aucune garantie en capital de la part de l’assureur. L’engagement de l’assureur ne porte que sur le nombre d’unités de compte et sur son calcul, et non sur la valeur des unités de compte. La valeur des unités de compte reflète la valeur des actifs sous-jacents. Pour la part des garanties exprimées en unités de compte, les montants investis ne sont pas garantis mais sont sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers. L’investisseur court donc un risque de perte de tout ou partie du capital initialement investi.

Quelques définitions pour mieux comprendre :

Abattement :

Disposition fiscale qui vous permet de ne pas être imposé sur une fraction du capital transmis

Assurance Vie :

L’assurance vie est un placement qui vous permet de vous constituer un capital dont vous pourrez profiter et/ou transmettre à vos proches tout en bénéficiant d’avantages fiscaux.

Bénéficiaire :

Personne qui reçoit le capital soit au décès de l’assuré, soit au terme du contrat. En cas de vie, le bénéficiaire est le souscripteur/l’adhérent.

Droit de succession :

Impôt sur le capital perçu à l’occasion d’un héritage.

Fonds Euro :

Il s’agit d’un placement financier dont le but est de fournir un rendement supérieur au taux de l’inflation. Sa rémunération est calculé annuellement et ne peut être négative.

Unité de compte :

Supports d’investissements qui composent les contrats d’assurance-vie. Au travers des UC, l’épargnant peut investir  dans des Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) tels que les Sicav et FCP, des placements immobilier (SCPI, SCI, OPCI), des trackers (ETF) ou des titres vifs (actions en direct).

L’épargnant détient alors des parts dont le montant peut varier à la hausse ou à la baisse.

Partagez cet article :