16 août 2014
||||| 0 |||||
4193

« Je me prépare à mon premier entretien d’embauche »

Et pour limiter les difficultés de ce saut dans l’inconnu, il convient de bien se préparer avant. C’est un travail long et important mais qui sera bénéfique, non seulement pour le premier entretien, mais également pour les suivants.

 

La préparation

L’entretien ne dure que quelques dizaines de minutes, cela peut parfois être court pour se présenter auprès du recruteur, et poser des questions sur l’entreprise et le poste. C’est pourquoi cette phase de préparation est indispensable, d’autant plus pour un premier entretien : il faut savoir organiser la rencontre et hiérarchiser les informations et messages que l’on souhaite faire passer au recruteur.

Pour présenter votre parcours, soyez rigoureux dans la façon dont vous aborder les choses. Pensez également que le recruteur aura votre CV sous les yeux (apportez plusieurs copies avec vous, dans le cas où le (ou les) recruteur(s) n’aurai(en)t pas pensé à imprimer celui que vous avez envoyé) : pour faciliter sa compréhension, l’idéal est de suivre, à l’oral, l’ordre que vous avez utilisé à l’écrit.

Bien évidemment, vous confronter à des personnes de votre entourage, ou même à votre bon vieux miroir, vous permettra de réaliser plusieurs simulations d’entretien, qui seront un excellent exercice pour préparer le jour J !

 

Les questions classiques

Si chaque entretien sera différent en fonction du recruteur, il y a des aspects qui reviennent systématiquement, et sur lesquels il faudra travailler en amont, pour ne pas se retrouver dans l’embarras face à une question posée.

Veillez notamment à déterminer les qualités et défauts qui vous caractérisent le mieux. Il n’est pas toujours évident de les définir soi-même, c’est pourquoi il peut être intéressant de poser cette question aux personnes qui vous côtoient au quotidien : vos parents, vos amis.

Il s’agit d’être honnête, tout en visant l’objectif qui est de vendre votre profil pour le poste proposé. Mentir est dans tous les cas une mauvaise idée, car une fois embauché, un trop grand décalage entre votre discours et la réalité sera compliqué à rattraper.

Surtout, plus que la qualité en elle-même, c’est le fait d’argumenter autour d’elle qui sera valorisé par le recruteur. Illustrez-la avec des exemples d’expériences précédentes (sur différents projets en cours, dans des associations, dans votre groupe d’amis, si vous n’avez pas eu d’expériences professionnelles).

Les défauts quant à eux ne sont pas problématiques dans la mesure où vous savez expliquer ce que vous avez su mettre en œuvre pour les corriger. Et dans l’ensemble, évitez d’utiliser le « trop » (« Je suis trop ceci, trop cela »)

 

La connaissance de l’entreprise

C’est un élément indispensable : les sites Internet et les réseaux sociaux des entreprises permettent de s’abreuver d’un grand nombre d’informations. Ces dernières seront une bonne base pour comprendre le contexte et l’environnement de l’employeur, ses valeurs, et ses ordres de grandeur (Chiffre d’affaires, clients et partenaires).

Le « par cœur » n’est pas obligatoire, mais avoir une connaissance de certains chiffres, ou par exemple de projets dans lesquels l’entreprise est partenaire, renforcera votre intérêt dans l’œil du recruteur. C’est un bon point, assez simple à obtenir, qu’il ne faut pas négliger !  😉

Les questions pièges ?

Certains recruteurs peuvent poser une, voire plusieurs questions susceptibles de mettre le candidat dans une situation, à priori, inconfortable. S’il n’est pas possible de tout anticiper avant l’entretien, il faut garder à l’esprit que dans ce cas précis, le recruteur cherchera d’abord à déceler la capacité du postulant à s’adapter à un contexte particulier, et à argumenter. Abordez toujours ces questions « originales » comme une excellente opportunité de démontrer votre créativité, et votre qualité d’argumentation.

Posez des questions au recruteur

Questionner le recruteur est un excellent moyen de montrer son intérêt pour le poste convoité, et surtout ne pas se retrouver « hors-sujet ». Comme dit précédemment, l’entretien passe assez vite, et il faut savoir orienter son discours (en restant honnête ! 😉 ) pour ne garder que les informations les plus pertinentes vis-à-vis de l’entreprise.

Lors de la phase de préparation de l’entretien, il ne faut surtout pas hésiter à poser des questions par téléphone ou par mail, pour des aspects qui ne seraient pas mis en évidence sur la fiche de poste. Néanmoins, il faut veiller à ne pas se montrer « trop » curieux(se), et garder des questions pour l’entretien. Cela permettra de le redynamiser si besoin.

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter un excellent premier entretien ! Ainsi qu’une bonne préparation en vous basant sur nos différents conseils ! 😀  Et si votre premier entretien se passe chez nous, nous avons compilé une grande partie des informations indispensables à votre venue sur notre site !

Partagez cet article :
Tags:

1 Commentaire

  • […] C’est la question préalable qu’il faudra vous poser. Car celui-ci évoluera en fonction du poste que vous visez. Si vous avez beaucoup d’expériences à y intégrer, il conviendra de les trier. En effet une partie d’entre elles pourra être importante pour un métier donné, et moins pertinente pour un autre. Et même si rien n’interdit de faire un CV sur plusieurs pages, notre meilleur conseil reste le format A4 sur une seule et même page. Il montrera votre esprit de synthèse, et gardez en tête l’étape de l’entretien qui arrivera lorsque vous serez sélectionné. Il est toujours mieux de profiter de ce moment pour détailler, à l’oral, ce que votre CV dira, à l’écrit. Cela pourra surprendre et impressionner le recruteur en face de vous. Retrouvez nos conseils pour bien aborder votre premier entretien d’embauche. […]

Les commentaires sont clos