14 juin 2019
||||| 0 |||||
213

Sécurité sociale étudiante : nouvelle réforme pour la rentrée 2019

Sécurité sociale étudiante

Le régime de la sécurité sociale étudiante va disparaître à compter du 1er septembre 2019. C’est l’une des mesures phares de la Loi « Orientation et Réussite des Étudiants », votée le 8 mars 2018 : la mutuelle étudiante telle qu’on la connait n’existera plus à partir de la rentrée 2019.

Mais concrètement : qu’est-ce que ça change pour vous, et avez-vous des démarches à entreprendre pour cette rentrée ?  

L’histoire de la sécurité sociale étudiante

Jusqu’en 2018, les étudiants étaient soumis à un régime spécial de sécurité sociale. Lorsqu’ils s’inscrivaient à l’université, ils devaient s’acquitter d’une cotisation de 217 euros (pour 2018) en même temps que des droits d’inscription. Ils étaient alors affiliés à une mutuelle santé étudiante qui exerçait la fonction de centre de sécurité sociale.

A partir du 1er septembre 2019, ce régime spécifique sera supprimé et les mutuelles étudiantes perdront ainsi leur « monopole ». C’est donc l’occasion de comparer et de demander des devis pour une complémentaire santé étudiante !

2 cas de figure pour mieux comprendre

– L’étudiant en 2018-2019

Si l’étudiant est déjà affilié à un centre de sécurité sociale étudiante pour l’année 2018-2019, il n’a pas à payer de nouvelle cotisation. S’il poursuit son cursus en 2019-2020, il sera automatiquement rattaché au régime obligatoire de la caisse primaire d’assurance maladie de son lieu d’habitation dès le 1er septembre 2019. S’il le souhaite, il peut également compléter sa couverture en souscrivant une complémentaire santé étudiante.

– Le nouvel étudiant en 2019-2020

Il n’a pas de démarche à effectuer lors de son inscription car il conserve le régime auquel il est actuellement affilié, le plus souvent celui de ses parents (quel que soit le régime). Il est toutefois autonome et dispose de son propre numéro de sécurité sociale dans le cadre de la Protection Universelle Maladie (PUMA).

Il continue bien sûr à bénéficier du remboursement de ses soins en cas de maladie. L’étudiant peut également adhérer à une complémentaire santé s’il n’est pas pris en charge par celle de ses parents. Certes, celle-ci n’est pas obligatoire… mais fortement recommandée car certains soins de santé peuvent s’avérer coûteux.

En effet, pour vos dépenses de santé, la sécurité sociale prend en charge une partie de vos frais. En général, l’assurance maladie vous rembourse 70% de vos frais. Attention ! Elle ne rembourse pas 70% de vos frais réels mais 70% de ce qu’elle définit par tarif conventionnel. Et pour certains soins, ce montant peut être très éloigné de vos frais réels (par exemple : concernant les soins dentaires, les soins d’optique ou encore les hospitalisations).

D’où l’intérêt de souscrire à une complémentaire santé pour éviter les mauvaises surprises et pallier la disparition de la sécurité sociale étudiante !

Pour aller plus loin sur le même thème :

Une complémentaire santé pour quoi faire ?

Partagez cet article :
Tags: