27 mai 2015
||||| 0 |||||
781

Travailler pour financer ses études

Un étudiant sur deux serait contraint, à un moment ou à un autre, de travailler pour financer ses études. Mais d’abord, quel contrat de travail signer ? De fait, il n’existe pas de contrat spécifique aux jobs étudiants. Vous pouvez donc signer un CDI (contrat à durée indéterminée), un CDD (contrat à durée déterminée), un contrat d’intérim… Et ces différents contrats peuvent être à temps complet ou à temps partiel.

Déclarer vos revenus

Les revenus que vous percevez, même s’ils découlent d’une activité occasionnelle (baby sitting…), doivent être déclarés. Plus précisément, il faut distinguer deux situations : si vous avez moins de 26 ans au 1er janvier de l’année d’imposition (vous êtes donc né à partir du 1er janvier 1988, pour les revenus 2014 qui devront être déclarés en 2015), vos parents ne doivent mentionner la fraction de vos salaires qui a dépassé 3 fois le montant mensuel du SMIC (1 445,38€ mensuels en 2014). A défaut, il n’y a rien à déclarer. Si vous avez plus de 26 ans au 1er janvier de l’année d’imposition, toutes les sommes perçues sont à déclarer. Dans tous les cas, les bourses accordées sur critères sociaux ou les indemnités perçues lors de stages obligatoires de moins de 3 mois ne sont pas à déclarer.

Quid de la Sécurité sociale ?

Dans le cas où vous travaillez durant toute l’année universitaire (du 1er octobre au 30 septembre de l’année suivante), vous pouvez, sous certaines conditions, être dispensé du paiement de la cotisation à la sécurité sociale étudiante. Vous dépendez alors du régime général de Sécurité sociale (régime des salariés).Mais si votre activité salariée s’interrompt au cours de l’année universitaire, ou si vous travaillez uniquement pendant vos vacances, votre affiliation à la sécurité sociale étudiante et le paiement de la cotisation sont obligatoires.

Les petits boulots adaptés aux emplois du temps des étudiants

Ci-dessous, une liste non exhaustive des emplois conciliables avec la vie étudiante :

  • baby-sitter ;
  • cours à domicile ;
  • surveillant dans une école ou un collège ;
  • animateur en centre de loisirs, de colonie de vacances ;
  • enquêteur ;
  • hôtesse d’accueil ;
  • télémarketeur ;

Les facilités prévues par les universités

Pour concilier études à l’université et jobs ponctuels, il existe quelques pistes à connaître. Le fait d’avoir un emploi permet en effet de bénéficier du statut d’étudiant salarié, et ce régime permet, en principe d’obtenir :

  • une dispense d’assiduité et/ou des aménagements d’horaires (chaque université ou école est toutefois souveraine en ce domaine) ;
  • une adhésion gratuite à la Sécurité sociale (puisque vous êtes déjà affiliée au régime général des salariés par le biais de votre travail).

Pour plus d’infos :

© Uni Editions – MIG – Novembre 2013

Partagez cet article :
Tags: